XEFI - Leader des services informatiques auprès des TPE / PME

Comment fonctionne un disque dur interne ?

Comment fonctionne un disque dur interne

Quel est le rôle du disque dur interne dans un système ?

Un ordinateur de bureau est construit avec plusieurs composants clés :

  • le processeur en charge du calcul numérique,
  • un processeur i5 qui intègre la plupart des ordinateurs fournis par XEFI, ou un processeur i7. Il s’agit d’un composant haut de gamme, capable de faire une multitude de calculs en même temps.
  • La memoire ram, nécessaire pour mémoriser les données à court terme. Différent du disque dur interne qui conserve les données, la mémoire ram est réinitialisée à chaque redémarrage du système.
  • La carte graphique. Ce composant n’est pas essentiel au bon fonctionnement d’un système, mais il y ajoute énormément de puissance pour toute tâche relative à la création visuelle.
  • Finalement il y a la carte mere, le composant sur lequel tous les autres sont connectés. La carte mère est en effet le pont qui connecte tous les autres composants pour qu’ils communiquent. Sans carte mère, il n’y aurait pas d’ordinateur.

Dans cette combinaison de composants, les disques durs internes qui sont connectés par sata à la carte mère, agissent comme mémoire à long terme. Les données sont sauvegardées sur les divers disques durs pour être lues ou extraites par l’utilisateur. Les serveurs web, qui permettent l’existence de l’internet comme nous le connaissons, sont construits avec des racks de serveurs composés chacun de dizaines ou de centaines de disques durs. Sans ces datacenters, le web ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

le rôle du disque dur interne
Qu’est-ce qu’un disque dur interne

Qu’est-ce qu’un disque dur interne ?

Le disque dur interne est un composant présent dans un ordinateur. Sans disque dur interne il ne serait pas possible de sauvegarder ses données localement sur l’ordinateur. La raison pour le nom “disque dur” est relative à la structure du composant. C’est-à-dire qu’à l’intérieur d’un enclos métallique il y a des plateaux de disques circulaires superposés les uns sur les autres. Ces disques sont couverts d’une couche magnétique qui peut être lue électromagnétiquement.

La Connexion

Le connecteur d’un disque dur interne se dénomme « Advanced Technology Attachment » ou ATA. Il permet au disque dur d’être connecté directement à la carte mere. C’est une technologie qui a fait grandement avancer les ordinateurs avec son efficacité et son minimalisme. Son successeur, le Serial ATA ou « SATA » est une évolution de la technologie ATA qui a une utilisation plus simple. Sata permet une meilleure consommation électrique et un temps de transfert plus rapide. De nos jours la majorité des systèmes utilisent sata pour ses avantages sur ata. Néanmoins, même le sata à une concurrence croissante avec la NVME qui rejoint les rangs avec un connecteur de plus en plus digital. On trouvera le connecteur sata dans les ordinateurs dans un futur proche, mais petit à petit, même le sata cédera sa place.

Les Nouvelles Technologies

Les disques durs internes mécaniques ont bien progressé dans les temps, leur capacité passant de « kilo-octets », « mégaoctets » et « gigaoctets » aux « téraoctets ». Ils continuent à évoluer et les fabricants implémentent des technologies de plus en plus rapides et avec une capacité plus importante à chaque nouveau modèle. Les disques durs internes mécaniques dépendent de leurs vitesses de « spin » à 5400rpm ou 7200rpm pour définir la vitesse de lecture. Aujourd’hui nous avons accès non seulement à des disques durs mécaniques, mais aussi à des SSDs. Pas de rpm pour ce composant, les SSDs proposent une autre formule de disque dur interne ou l’utilisateur sacrifie la capacité du disque dur interne mécanique avec ses rpm, pour gagner en vitesse de lecture avec un principe digital. Ce compromis est possible quand on passe de la mécanique du disque dur traditionnel à une solution complètement digitale. Cependant, il faut préciser qu’un disque dur SSD interne d’une capacité de 1 téraoctet est exponentiellement plus coûteux qu’un disque dur interne mécanique de la même capacité. Entre la mécanique et le digital, qui sortira du lot ?

Comment choisir un disque dur interne ?

Le choix de disque dur dépend de l’utilisation de l’outil. Si l’activité nécessite une capacité conséquente, un « Network Attached Storage » (NAS) avec des disques durs internes de 3.5″ qui tournent à 5 400 rpm et qui peuvent contenir 12 téraoctets et plus, est recommandé. Cette installation se penche vers la solution où la capacité prime dans le rapport qualité prix. Si la priorité est la vitesse, l’utilisation d’un disque dur ssd interne qui est bien plus rapide sera une meilleure solution.

Volume ou Vitesse

Nombreuses sont les petites et moyennes entreprises (PME) qui ont besoin de conseils et l’avis des experts en la matière pour prendre la bonne décision concernant leur structure informatique. XEFI est une entreprise qui peut à la fois conseiller le client et leur fournir tous les matériaux nécessaires à leur succès. Prenons le choix de disque dur interne, de connecteur ata ou sata, du besoin de capacité ou de vitesse : on comprend comment les PME peuvent faire face à des décisions qu’ils ne maîtrisent pas toujours. Il est nécessaire de pouvoir opérer sur les deux fronts, la capacité et la vitesse. L’utilisation d’un disque dur interne mécanique avec une capacité suffisante, couplée à un disque dur ssd interne pour la vitesse du logiciel digital peut être intéressante. De cette manière il n’y a pas de compromis et le client peut jouir de la capacité et de la vitesse. Il ne faut jamais hésiter à demander un avis expert.

XEFI, votre fournisseur de matériel informatique, vous propose également une solution de stockage sur Datacenter, un procédé sécurisé et efficace pour protéger toutes vos données sensibles.

comment fonctionne un disque dur interne
Les disques durs internes ou la stockage en datacenters

Les disques durs internes ou la stockage en datacenters ?

Le web contient énormément d’outils qui permettent une utilisation optimale des ordinateurs. L’un de ces outils est la possibilité de sauvegarder ses données sur le web, mieux connu comme le « Cloud ». En réalité, cet exercice est possible grâce à des fermes de serveurs, ou datacenters, qui louent leurs espaces libres « web » au client.

Certaines entreprises qui opèrent sur le web pourront considérer cela comme une alternative aux disques durs internes. En effet, quand on sauvegarde sur le web, les données sont accessibles de partout avec une connexion internet. Nul besoin de sata, ata, disque dur interne ou disque dur ssd interne, quand tout peut être géré ailleurs. Néanmoins, le logiciel de l’ordinateur a quand même besoin d’un minimum de capacité interne pour opérer, donc le disque dur est impératif.

Encore une fois, un avis commun est de distribuer les données entre le web et sur son disque dur interne. Pour une PME comme toute autre entreprise, la sauvegarde des données est essentielle. Une façon de s’assurer de la permanence de données qui se trouvent sur le disque dur interne de l’ordinateur est de sauvegarder une copie sur le web. 

Le disque dur et le digital

Beaucoup d’entreprises penchent vers la solution digitale et c’est pour le mieux. Cela dit, le disque dur a toujours sa place, que ce soit du gros volume en 5400rpm ou une mécanique plus rapide en 7200rpm avec une connexion sata. Il est même possible d’opter pour une solution digitale interne, avec le disque dur ssd. Nous sommes à la croisée des chemins du digital et de la mécanique. Un équilibre des deux reste le choix gagnant pour le moment. Les options possibles et les avis experts sur l’évolution des ordinateurs, des entreprises, du web, et du digital donnent une image changeante de l’espace numérique. L’ère des rpm, du sata cède doucement, mais sûrement la place aux options web. Cela dit, le confort de posséder un ordinateur avec tous les composants est toujours valide. 

Le disque dur et le digital